Adapter sa stratégie

J’ai modifié trois fois l’emplacement de ma ruche (toujours en privilégiant une entrée à l’est). La deuxième fois, sous l’arbre en fleurs, j’ai eu droit à quelques visites intriguées. Mais les abeilles tournaient autour, et si certaines se risquaient à entrer, ça ne durait jamais longtemps. Je pense que ce mois de mai 2016, avec les sautes de température que l’on a connues, ne favorisait pas l’installation. Un jour soleil, le lendemain pluie, avec 10 à 15° de moins. (Liliane, fais les valises, on rentre à Paris!)

_DSC4534.JPG

La citronnelle n’attirait pas les foules non plus. Je n’ai pas franchement constaté d’amélioration avec ou sans ce coton imbibé. Du thym, de la mélisse ont été frottés également sur les parois, selon d’autres conseils, mais sans pour autant que les miss ne se jettent dans l’entrée comme des groupies sur leur rockstar…

J’ai donc revu ma stratégie, en déplaçant la ruche une 3e fois, et en optant pour du Charme-abeilles en tube. Le vendeur d’Api-distribution me l’avait conseillé pour attirer un essaim distant de plus d’1 km, par rapport à un autre tube moins efficace, donné pour 300 m seulement de portée.
Je l’écoutais à moitié, comme s’il m’avait prescrit un gri-gri capable de faire revenir durablement l’être aimé, tout en assurant fortune, gloire et jeunesse éternelle à son détenteur.

charmabeille

Le charme-abeilles a opéré au-delà de ce que j’avais imaginé. Il est censé imiter olfactivement les phéromones de la reine. De fait, il attire réellement les abeilles vers l’intérieur, et en plus grand nombre, même si je ne peux mesurer la distance parcourue.

Le dimanche 5 juin, nouvelle séance de chauffe-cire et propolis, puis nouveau dépôt d’un peu de charme-abeilles sous les barrettes et sur les parois de la ruche. De vieux morceaux de rayons avaient été fixés avec de la cire fondue sur les guides des barrettes, de manière à restituer l’odeur d’une ruche habitée.

Je sentais un intérêt croissant des insectes pour cette ruche. Les abeilles tournaient, rentraient, en petit nombre mais constamment. Et c’est la première fois qu’il y avait 5 jours de beau temps consécutifs en 2 mois!
Le mercredi 8 juin au soir, à la tombée de la nuit, je suis allé voir ma ruche. Surprise : encore de l’activité, alors que, jusque-là, les abeilles repartaient avant la fin du jour. Elles allaient dormir dedans, pour tester enfin le confort du lieu.

Le jeudi 9 juin au matin, vers 8H, il semblait y avoir un conciliabule sur la planche d’envol.
Par groupe de 2, 3 ou 4, elles se faisaient face, comme pour comparer leurs impressions. « Alors? Bien dormi? » « Très bien, et vous? » Ce que je ne savais pas, c’est que cette position, en étoile, était le signal pour appeler l’essaim…

_DSC4573

Après avoir pris quelques photos, je rentrai à mon bureau pour envoyer un compte-rendu familial par mail. -> Suite

Publicités