C’est décidé : je construis ma ruche

Après avoir suivi un stage immersif d’apiculture alternative, pendant l’été 2015, avec l’association Biz-Biz, de Bordeaux, l’idée d’avoir ma propre ruche a mûri, et également les raisons de cet engagement.

  1. Le taux de mortalité des abeilles s’accroît dans les campagnes, à cause des pesticides. Les néonicotinoïdes qui enrobent les semences, responsables du dérèglement du système nerveux central des insectes, sont autorisés jusqu’en juillet 2020*. Avant leur introduction, la mortalité des abeilles avoisinait les 5%, elle oscille aujourd’hui entre 30 et 35%. Or, ce n’est pas le cas en ville!
  2. Le type d’apiculture qui me correspond est davantage de servir de relais pour les abeilles, c’est-à-dire que je souhaite faire un geste pour la préservation de la biodiversité, tout en sachant que ce n’est pas un engagement coûteux pour moi (leur laisser un coin tranquille, leur donner un minimum de soin et d’attention). Si d’autres font pareil, nous tenterons ainsi de rééquilibrer la balance.
  3. Mon jardin bordelais mesure plus de 30 m X 10, il m’est donc possible, en bout de terrain, d’installer une ruche sans déranger personne, vu qu’il n’y a pas d’habitation trop proche et que des murets encadrent le jardin.

J’ai étudié différentes formes de ruches, j’ai pas mal discuté avec les autres participants du stage, et, comme Frédo, président et fondateur de Biz-Biz, nous avons tous en commun le respect des abeilles plutôt que leur exploitation. Cela signifie : pas de collecte de miel à tout prix, et même, pour certains d’entre nous (rêveurs jusqu’auboutistes), ne pas faire le choix d’un type de ruche dont l’architecture a été pensée à l’intention des apiculteurs et non des abeilles, c’est-à-dire pour favoriser leur exploitation et leur manipulation.

20150905_170358

Frédéric Diez, président de l’association Bizbiz & Co – Apidagogie

Entre stagiaires, il était souvent question de la ruche Warré ou de la ruche horizontale, de leurs différents atouts pour une apiculture non intrusive, respectueuse du mode de vie naturel des abeilles. Par ailleurs, écologie rimant souvent avec économie, j’étais gêné par le principe d’acheter, alors qu’il s’agissait pour moi de convoquer la nature : acheter une ruche, acheter des cadres, acheter de la cire préformée, acheter un essaim : où est le geste si on retombe dans un acte de consommation? Acheter ceci plutôt que cela? la belle affaire! Non, s’il y a un réel engagement personnel, ce doit être dès le début, c’est évident, en construisant moi-même une ruche.

-> Suite de l’histoire…

Publicités

3 réflexions sur “C’est décidé : je construis ma ruche

  1. Emilie Scherrer dit :

    Bonjour,
    Quel super témoignage ! Votre expérience me touche à deux titres…tout d’abord d’un point de vue professionnel : travaillant à la Maison écocitoyenne de Bordeaux (http://maisoneco.blog.bordeaux.fr/), je propose des temps de rencontres autour de l’abeille « la vie Api ! ». En octobre, il s’agira de mettre en avant les initiatives de ruchers collectifs et individuels. Souhaiteriez-vous venir témoigner à cette occasion (soirée d’échanges le 27/10 à 18h à la Maison écocitoyenne) ?
    Par ailleurs, d’un point de vue personnel, je suis en pleine réflexion d’installation d’une ruche horizontale dans mon jardin. Je souhaiterais ainsi échanger autour de votre expérience personnelle (racontée avec humour dans ce blog).
    Dans l’attente de votre retour, je reste à votre disposition pour tout complément d’informations.
    Bien à vous

    J'aime

    • rucheenville dit :

      Merci Émilie! Oui, c’est avec plaisir que je viendrai témoigner de mon expérience, le 27/10. Concernant la ruche horizontale, je ne lui vois tout simplement pas d’alternative, dans une apiculture de loisir qui cherche aussi à être éco-responsable. Et, en appui de votre réflexion, je vous conseille le livre de Pierre Javaudin, « Une ruche dans mon jardin », publié récemment chez Larousse, qui est à mon avis LA référence française sur la ruche horizontale. Je suis en train de le lire et j’apprends à chaque page (après avoir acheté d’autres bouquins sur l’apiculture, malheureusement moins dans l’esprit que je cherchais).
      Bien cordialement, Didier

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s